Bienvenue !

Interview du parisien : Le Paris rock’n’roll de Philippe Manoeuvre !

Le Paris rock’n’roll de Philippe Manoeuvre

 
 Il a de la suite dans les idées, Philippe Manœuvre. Après avoir animé la rubrique Rock city dans « Métal Hurlant » et voyagé dans les Villes en rock dans son mensuel, le rédacteur en chef de « Rock & Folk » les montre sur Arte à 23 h 55 dans « Rock and The City ». Cette série documentaire passionnante visite cinq villes capitales à travers un prisme original, la musique.
Après New York et Berlin, avant Kingston (le 23 février) et Liverpool (le 2 mars), on (re)découvre ce soir Paris en compagnie de Thomas Dutronc, Helena Noguerra, Adrienne Pauly, Patrick Eudeline et d’autres. Et le Paris de Manœuvre, où est-il ?

Pour la légende : le cimetière du Père-Lachaise (XX e arrondissement). « La tombe de Jim Morrison est le lieu du culte rock par excellence. L’émission rappelle qu’il est mort dans les toilettes du Rock’n’roll Circus, une ancienne boîte de Saint-Germain-des-Prés. J’y vais au minimum une ou deux fois par an. On y rencontre toujours des gens fascinants, venus d’Allemagne, du Japon. Tous les artistes sont là, à l’exception de Gainsbourg, enterré à Montparnasse. »

Pour les disques : les puces de Clignancourt (XVIII e et Saint-Ouen). « C’est là que j’ai élevé mes enfants (rires). Je me souviens avoir acheté 6 € un tee-shirt de Pharell Williams à ma fille qui, pour embêter son père, adore le hip-hop. Et j’y viens toutes les semaines. Les vendeurs de guitares se sont déplacés vers Pigalle, mais il reste encore pas moins de sept disquaires ! C’est le meilleur endroit pour dénicher des trésors des Rolling Stones, en vinyle évidemment. »

Pour la nuit : le Baron (VIII e ). « Je suis un enfant du Palace et des Bains-Douches, mais je ne suis pas nostalgique. Les rockers vivent à 100 % le moment présent. Et aujourd’hui, ça se passe au Baron. Il y a d’excellentes DJettes, comme les Putafranges, et des concerts. Beaucoup de stars y passent. Une nuit, j’ai reçu le texto d’un ami : Je suis en train de danser avec Mick Jagger, Björk me regarde. Plutôt classe, non ? »

Pour les concerts : le Gibus (XI e ). « C’est LE club de la capitale. Tous les courants musicaux sont nés dans cette salle. Le groupe Magma y est né en 1969, puis les punks ont pris le pouvoir. Pour Rock & Folk, j’allais au Gibus voir Police, Johnny Thunders… Après une décennie de nuits folles et de techno, on a fait revenir le rock avec le festival Passe ton bac d’abord en 2005. Et tous les gamins qui font parler d’eux, BB Brunes, Shades, Second Sex sont partis de là. Grâce à eux, Paris est plus que jamais une ville rock. »

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. arthur rock 20/08/2009

Philippe est magique :)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site